Aller au contenu principal

Les 5 questions les plus fréquentes sur les panneaux solaires

Miniatuurvoorbeeld

Voici le top 5 des questions les plus fréquentes, avec de quoi éclairer votre lanterne.

 

Comment fonctionne un panneau photovoltaïque ?

L'installation fixée à votre toit fournit de l'électricité : comment est-ce possible ?  En fait, elle contient des substances qui, exposées à la lumière du soleil, génèrent de l'électricité. Il s'agit généralement de silicium. Les cellules photovoltaïques se composent de deux couches entre lesquelles un courant électrique circule grâce à la lumière.  D'où le nom photovoltaïque, ou tout simplement PV, composé du mot grec lumière (φως ou « phos ») et de Volta, l'inventeur de la pile électrique. Remarquez qu'il ne faut pas forcément un fort ensoleillement pour produire de l'électricité : la lumière seule suffit déjà. Bien sûr, une belle journée d'été permettra de fournir plus d'électricité qu'une sombre journée d'hiver.

 

Comment fonctionne un compteur qui tourne à l'envers ?

Les panneaux solaires vous fournissent de l’électricité lorsqu’ils reçoivent de la lumière. Mais que se passe-t-il lorsque vous produisez davantage d’énergie que vous n’en consommez ? Dans ce cas, vous fournissez vous-même de l'électricité au réseau de distribution et votre compteur tourne en sens inverse. Vous pouvez alors utiliser la quantité d’électricité que vous injectez sur le réseau plus tard, sans devoir la payer. Notamment le soir, lorsqu’il fait plus sombre ou pendant les courtes journées hivernales. Attention : si la production annuelle de courant de vos panneaux solaires dépasse votre consommation, vous n’avez droit à aucun remboursement et perdez l’excédent d’énergie. Il est donc préférable d’opter pour une installation photovoltaïque dont la production annuelle d’énergie ne dépasse pas l’ensemble de vos besoins.

 

Plus d'infos sur les panneaux photovoltaïques ?

En savoir plus

Qu'est-ce que le tarif prosumer ?

En Wallonie, ce tarif pourrait être d'application à partir de 2020. La CWaPE, le régulateur du marché wallon de l'énergie, doit finaliser les détails de cette mesure qui doit ensuite être approuvée par le gouvernement wallon. La nouvelle tarification est liée au coût du gestionnaire du réseau de distribution (GRD) et varie donc en fonction de votre province. Selon les GRD, le montant correspond à l'utilisation du réseau par les producteurs d'électricité s'ils n'auto-consommaient pas leur production. Le fournisseur d'énergie n'est donc pas impliqué dans cette décision. 

Point important à noter : vous ne payez pas pour la quantité d'énergie que vous injectez sur le réseau, mais pour l'électricité que vous prélevez lors de mois plus sombres par exemple. Contrairement aux deux autres Régions, Bruxelles semble être épargnée pour le moment par ce tarif. 

 

Vais-je recevoir des certificats d'électricité verte ? 

Si seulement ! Au début, les propriétaires de panneaux photovoltaïques recevaient des certificats verts qu'ils pouvaient revendre et qui leur garantissaient un revenu financier. Cette époque est révolue, sauf à Bruxelles où les particuliers peuvent toujours bénéficier de ce système. Au fil des années, l'indemnisation reçue pour les certificats verts a chuté. Depuis le 14 juin 2015, les nouvelles installations de particuliers n'en reçoivent même plus.  Une mauvaise nouvelle ? Pas vraiment. Entretemps, le prix des panneaux photolvoltaïques a drastiquement baissé : en quelques années, le prix d’une nouvelle installation a été divisé par 3.  La durée d'amortissement d'une installation est encore d'environ 10-12 ans, parfois moins, soit un délai fort comparable à celui de l'époque des certificats verts. Vous faites donc toujours une bonne affaire en investissant dans une installation PV. Une fois qu'elle est amortie, les profits sont entièrement à vous.

 

Miniatuurvoorbeeld

Ai-je intérêt à passer à un compteur simple ?

Cela dépend. Avec un compteur simple, c'est facile : si vous utilisez plus d'électricité que vous n'en produisez, le compteur tourne. Si vous produisez plus que vous ne consommez, il tourne à l'envers. Et ce, sans qu'aucune distinction ne soit faite entre le jour et la nuit. Si vous produisez trop d'énergie en journée, vous pouvez la récupérer du réseau le soir et la nuit. Avec un compteur bi-horaire, qui applique un tarif plus élevé pendant les heures pleines et un tarif plus bas pendant les heures creuses (la nuit et le weekend), les choses sont plus compliquées. En effet, les deux périodes sont strictement distinctes : ce que vous produisez en trop la journée ne peut être compensé qu'avec une consommation de jour, et non avec votre consommation pendant les heures creuses.

Notre conseil :

Si vous disposez d'un compteur bi-horaire et comptez installer des panneaux solaires, réalisez d'abord une estimation précise des bénéfices et de la consommation escomptée avant de décider de garder votre compteur ou non. C'est parfois plus intéressant, parfois pas. Renseignez-vous également auprès de votre gestionnaire de réseau de distribution sur le prix de remplacement du compteur, car ce service n'est pas toujours gratuit.

Envie de devenir votre propre producteur d'électricité ?

Demandez un devis !

Restez au courant !

Recevez nos promotions, concours et conseils personnalisés

 
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter Une erreur est survenue, merci de réessayer