Aller au contenu principal

Le grand déballage - Ces emballages qui nous polluent

Thumbnail

Les emballages ne représentent qu’une assez petite partie des déchets que nous rejetons, environ 15% des déchets municipaux pour l’année 2011. Mais ils posent des problèmes de recyclage relativement complexes, et ils soulèvent surtout la question de leur utilité. Faut-il réellement multiplier les sachets individuels dans les boites de biscuits ? Avons-nous réellement besoin que notre flacon de crème antirides, qui se trouve déjà dans une boite en carton relativement inutile, soit en plus inséré dans un blister en plastique ? Et que dire des bouteilles en PET colorées en rouge, pour faire joli, alors que cette teinture empêche le recyclage ?

Thumbnail

En Belgique, qui n’est pas le dernier pays du monde à tenter de faires efforts pour recycler, l’asbl Fost Plus déploie des trésors d’énergie pour coordonner, financer et promouvoir le recyclage. Le logo de l’association, deux flèches vertes s’imbriquant dans un cercle à la manière du yin et du yang, est d’ailleurs souvent visible sur les emballages. Il n’indique pas que l’emballage est recyclable, mais bien que l’entreprise concernée a cotisé auprès de Fost Plus. Une petite confusion souvent critiquée par les organisations de consommateurs, mais qui ne doit pas masquer le réel travail positif accompli. Les taux de recyclage des emballages sont assez bons en Belgique, à l’exception du plastique, pour lequel on n’atteint pas les 40%. La diversité des types de plastique est en cause. En fait, ce sont essentiellement les bouteilles qui sont prises en charge. On ne recycle chez nous que le PET et le HDPE. Le recyclage des autres plastiques n’est pas intéressant du point de vue financier… En plus d’être mal recyclé, le plastique est produit à partir de pétrole, une denrée de plus en plus rare et particulièrement polluante.

Thumbnail

La solution paraît simple, arrêtons le plastique, emballons tout dans d’autres matériaux et le tour est joué ! Malheureusement, il n’y a pas de produit miracle. Les plastiques ‘organiques’ posent un problème d’utilisation des sols et leur impact sur l’environnement est souvent plus lourd qu’il n’y paraît ; l’aluminium, bien qu’il soit recyclable à 100%, est extrêmement toxique et sa fabrication est très couteuse en énergie ; le verre est lui aussi très gourmand, sa production comme son recyclage sont extrêmement énergivores ; les briques alimentaires sont composées de couches de différents matériaux, ce qui complique le recyclage. Selon les cas, les contenant réutilisables en PET sont pourtant le moindre mal, tout comme ceux en verre. Mais si le transport est long ou si le recyclage n’est pas garanti, les briques sont les moins ‘nocives’. Un vrai casse-tête. Bien sûr si l’on se débarrasse des impératifs du marketing, qui veulent que chaque marque ait sa bouteille bien à lui, et qu’on change ses habitudes, on peut généraliser la consigne, qui reste le meilleur moyen de limiter les déchets. On pourrait même rêver d’un super marché où l’on viendrait avec ses contenants à remplir… une idée vieille comme le monde qui ne semble pas séduire les distributeurs et les producteurs néanmoins. L’exemple le plus criant d’une attitude de consommation absurde et largement stimulée par la publicité et le marketing est celui de l’eau en bouteille. Les derniers chiffres, datant de 2006, donne le vertige : 300 000 tonnes de CO2 rejetées, 26 millions de tonnes de déchets plastique et 23 millions de tonnes de déchets verre. C’est l’impact de notre consommation annuelle d’eau en bouteille. Alors que nous avons tous l’eau courante, que celle-ci est d’une qualité nutritionnelle supérieure à celle que nous achetons emballée et qu’elle est soumise à des contrôles sanitaires sans faille. Mais les géants de la boisson ont réussi à nous convaincre de faire parcourir parfois des kilomètres à de l’eau, à nous la vendre emballée dans des bouteilles aux formes toujours plus fantaisistes et à se désintéresser du recyclage de celles-ci. Et si c’était à nous, consommateurs, de leur dire stop ?

Donnez votre avis

Restez au courant !

Recevez nos promotions, concours et conseils personnalisés

 
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter Une erreur est survenue, merci de réessayer