Aller au contenu principal

La voiture électrique : quelle est son empreinte écologique ?

Thumbnail

« La voiture électrique est une voiture zéro émission », c’est ce qu’on entend régulièrement lorsque le sujet de la mobilité électrique arrive sur la table. Pourtant, c’est faux ! Oui elle a un impact écologique. Mais est-il plus ou moins important qu’une voiture thermique ? Les batteries sont-elles recyclables ?

Une récente étude de la VUB (Vrije Universiteit Brussel), « Life Cycle Analysis of the Climate Impact of Electric Vehicles », analyse plusieurs études et soulève des différences dans la méthodologie. L’auteur Maarten Messagie relève qu’en réalité les études comparent des pommes avec … des poires. Après une analyse approfondie des différents résultats, il a constaté que les voitures électriques ont une empreinte écologique plus … petite que les voitures thermiques.

 

Une empreinte écologique favorable

Mettons directement les points sur les i, la voiture électrique n’est pas une voiture « zéro émission ». Son empreinte écologique dépend principalement de deux facteurs :

  1. L’énergie utilisée pour la recharger
  2. La production des batteries

L’étude menée par la VUB en 2017 indique que même rechargée avec une électricité produite par le charbon (comme en Pologne ou en Allemagne), la voiture électrique a un bilan favorable. En Belgique, dont le mix énergétique est composé de nucléaire et d’énergie renouvelable, l’impact diminue de 65% avec un modèle électrique.

 

Thumbnail

Source : Dr. Maarten Messagie, Life Cycle Analysis of the Climate Impact of Electric Vehicles , VUB.

Dans les années à venir, nul doute que l’empreinte écologique diminuera encore vu la part croissante des énergies renouvelables dans le mix énergétique des différents pays européens.

 

La production : principale responsable de l’empreinte écologique des voitures électriques

La production d’une voiture demande de l’énergie. Aujourd’hui l’assemblage des batteries lithium-ion demande 2 fois plus d’énergie que l’assemblage d’un moteur diesel. Cette étape, très énergivore, a un impact sur le bilan carbone de la voiture électrique. Selon le pays de production, les sources d'énergies peuvent être soit fossiles soit renouvelables. Certains constructeurs, comme Tesla par exemple, utilisent des panneaux photovoltaïques sur leur lieu de production pour diminuer l'empreinte écologique.

Le lithium, le principal composant des batteries électriques, est un métal dont l’extraction a des conséquences sur l’environnement : épuisement des ressources aquifères, assèchement des sols, émissions de CO2 lors de l’extraction. Mais la voiture électrique n’est pas la seule technologie à utiliser ce métal. En effet, il est le principal composant des batteries de votre smartphone, ordinateur portable, tablette ou encore de certains de vos appareils électroménagers.

Blâmer la voiture électrique serait donc réducteur. Mais il est vrai que la production reste son talon d’Achille.

 

Est-il possible de recycler les batteries des véhicules électriques ?

Le recyclage des batteries est l’autre grand argument des détracteurs de la voiture électrique. Ces batteries peuvent pourtant être utilisées dans le stockage stationnaire de l’énergie. Ainsi Renault travaille actuellement sur un projet pour recycler les batteries des Renault ZOE en batteries domestiques. Le stade de football de l’Ajax Amsterdam, Amsterdam Arena, utilise d’anciennes batteries des Nissan Leaf.

Les constructeurs cherchent donc des solutions afin de donner une seconde vie aux batteries, qui ne sont pas « mortes ». Ces innovations permettent de diminuer l’empreinte écologique des véhicules électriques.

L'entreprise Véolia cherche à recycler les différents matériaux, comme le cuivre, le nickel, le cobalt, le manganèse, l'aluminium, pour les réemployer dans la production d'alliages, d'acier, des encres, de la verrerie ou ... de nouvelles batteries. Le lithium, quant à lui, peut également être purifié pour être recyclé dans l'industrie automobile. 

 

Un bilan carbone encore plus favorable à l’avenir

Pour résumer, le bilan carbone des voitures électriques devrait donc diminuer au fil des années. Il y a plusieurs raisons à cela :

  • Le mix énergétique des pays européens : vu les différents objectifs pour protéger l’environnement, les mix énergétiques vont se verdir. Ce qui diminuera l’empreinte écologique des voitures électriques ;
  • Les technologies évoluent rapidement et s'améliorent ce qui aura pour conséquence de diminuer l'impact lors de la production ;
  • Aujourd'hui, seulement 1 million de voitures électriques sont vendues annuellement sur 81 millions de voitures au niveau mondial. Avec une demande en hausse, les constructeurs pourront faire des économies d'échelle ;
  • Les voitures électriques vont servir de batteries afin de lisser les pics de consommation. En effet, des projets sont en cours pour que les voitures puissent restituer l’énergie sur le réseau lorsque nous en avons besoin.

 

Restez au courant !

Recevez nos promotions, concours et conseils personnalisés

 
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter Une erreur est survenue, merci de réessayer