Aller au contenu principal

Vous avez une vieille chaudière ? Attention aux gaz nocifs !

Miniatuurvoorbeeld

Tous les combustibles présentent un risque d’intoxication au CO.

Chaque année, le CO coûte la vie à plusieurs personnes. Quand il est question d’intoxication au CO, le charbon ou le pétrole viennent spontanément à l’esprit. Pourtant, le risque se pose avec tous les combustibles, y compris le gaz naturel, le bois, le mazout, le butane, le propane et même les pellets.

Votre sécurité et votre santé dépendent principalement du type de chaudière que vous utilisez.

  • Vous avez une chaudière moderne dotée de conduites séparées pour l’arrivée d’air et l’évacuation des gaz de combustion (c’est-à-dire une « chaudière fermée ») ? En principe, elle dispose de suffisamment d’oxygène pour assurer une bonne combustion avant d’évacuer les gaz de combustion en toute sécurité.
  • Les chaudières fermées modernes disposent d’une sécurité supplémentaire qui éteint automatiquement la chaudière en présence de monoxyde de carbone (CO) consécutif à un problème.

Votre chauffage a besoin d’un entretien ?

Faites appel à un technicien agréé.

Vous avez une vieille chaudière (semi-)ouverte ? La ventilation est essentielle !

Les vieilles chaudières sont généralement dotées d’une évacuation des gaz de combustion, mais ne disposent pas d’une conduite séparée pour l’arrivée d’air. Le risque d’émission de gaz nocifs est donc réel. Dans ce cas, une bonne ventilation s’avère indispensable.

Pourquoi ? Parce qu’une installation (semi-)ouverte extrait l’oxygène de l’air pour brûler le gaz. Si cette alimentation en air est insuffisante, des gaz de combustion sont d’abord libérés sous forme d’oxydes d'azote (NOx) et de CO2, lesquels sont susceptibles d’irriter vos voies respiratoires. Le risque de combustion incomplète est encore plus grave : en l’absence d’une quantité d’oxygène suffisante, l’installation produit du monoxyde de carbone (CO) nocif.

Comment éviter toute intoxication au CO ?

  • Assurez un apport d’air frais permanent en prévoyant des interstices et des grilles de ventilation.
  • Faites installer et entretenir votre appareil par un technicien agréé. Les appareils au mazout doivent être contrôlés chaque année ; pour le gaz naturel, un contrôle bisannuel suffit.
  • Vérifiez si la cheminée tire suffisamment pour que les gaz de combustion puissent être correctement évacués.
  • Attention aux radiateurs d’appoint : ne les utilisez jamais en permanence, car ils n’évacuent pas les gaz de combustion.

Pour bien choisir votre nouvelle chaudière

suivez ces 3 conseils précieux.

Donnez votre avis

Restez au courant !

Recevez nos promotions, concours et conseils personnalisés

 
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter Une erreur est survenue, merci de réessayer