Aller au contenu principal

ROULEZ, VELOS ! Les voies express pour vélo

Voie cyclable sur laquelle roulent des cyclistes

Et si on rêvait que l’on faisait – presque tous – nos déplacements en vélo ? On irait au boulot en  vélo. A l’école en vélo. Faire nos courses en vélo. On deviendrait les rois de la pédale et on serait en meilleure santé. Nos villes et nos campagnes seraient moins bruyantes et moins polluées. Nos routes seraient désencombrées et les kilomètres d’embouteillages quotidiens rangés au rang des mauvais souvenirs.

Un rêve ? Pas forcément… et même parfois une réalité. Si le nord de l’Europe – Pays-Bas, Allemagne, Suède, Danemark, Flandres –  a clairement pris de l’avance en la matière et déjà développé de beaux réseaux express vélo, des projets de développement de réseaux de pistes cyclables à grande vitesse sont annoncés un peu partout en Europe. 

cycliste de face sur voie cyclable

Petit vélo, tu iras loin

Le vélo est aujourd’hui encore associé à des déplacements d’ultra-proximité. Pour des trajets supérieurs à 7 kilomètres, c’est toujours la voiture qui est préférée par les usagers, même dans les pays comme les Pays-Bas où le vélo est pourtant roi. Les réseaux express vélo offrent une infrastructure adaptée aux trajets entre 7 et 15 kilomètres et même plus quand ils sont couplés à l’utilisation de vélo électrique.  Ils permettent de développer l’usage du vélo pour des déplacements plus longs et allègent d’autant le trafic automobile aux heures de pointe. Quand on sait par exemple que la distance moyenne du trajet domicile- lieu de travail en Flandre ne représente que 12 kilomètres, on mesure l’enjeu de mobilité et environnemental que représente le développement de ce réseau « véloroutier ». 

 

Des usagers très professionnels

Panneaux indiquant direction pistes cyclables

L’exemple de la jonction entre Bruxelles et Louvain illustre d’ailleurs très bien ce double enjeu. Une route pour vélos, la HST-route, suit le tracé de chemin de fer entre les deux villes. Créée à l’occasion de la mise à 4 voies de la ligne de chemin de fer pour accueillir les trains à grande vitesse – qui lui ont d’ailleurs donné son nom : HST pour « Hoogsnelheidtrein » –, cette autoroute vélo fait le bonheur de milliers de cyclistes qui y trouvent un itinéraire sûr et confortable entre leur domicile et leur lieu de travail. D’après une enquête menée auprès de ses usagers en 2012, 93% des cyclistes que l’on croise sur la HST-route l’empruntent en effet pour effectuer des déplacements utilitaires, dont la plupart pour des aller-retour professionnels. La distance qu’ils parcourent en moyenne est de 18,7 kilomètres, avec une vitesse moyenne de 24 km/heure. De quoi sans doute convaincre de l’utilité de ce genre d’infrastructures pour encourager l’utilisation du vélo sur des distances plus longues que ces 7 kilomètres fatidiques…

 

Au paradis du vélo

…les cyclistes sont rois. C’est naturellement aux Pays-Bas – avec plus de 20.000 kilomètres de pistes cyclables, le paradis du vélo par excellence – que les premières autoroutes vélo ont vu le jour à la fin des années nonante. La première super piste cyclable y déroule sa dizaine de kilomètres bien lisses entre les villes de Breda et de Etten-Leur dans le nord du pays depuis 1998 déjà. Une dizaine d’années plus tard, un vaste projet de développement de pistes cyclables rapides pour interconnecter plusieurs grandes villes y est lancé. Un maillage cyclable qui permet aux plus en plus nombreux cyclistes hollandais d’effectuer leurs trajets utilitaires en toute sécurité et en toute rapidité. Plus d’un Hollandais sur quatre effectue d’ailleurs ses déplacements quotidiens en vélo.  

 

Indication sol sens piste cyclable

L’idée, une fois lancée, fait des petits chez les plus nordistes des pays européens. Le Danemark ne met pas longtemps à emboîter le pas à son voisin d’outre mer, avec le lancement en 2012 d’un vaste projet de 28 voies rapides pour vélos. De même que l’Allemagne dont le réseau s’est agrandi de plusieurs centaines de kilomètres de pistes express pour vélo. Un peu partout en Europe, de nombreuses villes annoncent ainsi des plans de développement de ce type de réseaux express. Strasbourg, première agglomération cycliste de France, étoffera ses 560 kilomètres d’itinéraires cyclables existants de quelques 130 kilomètres de réseau cyclable express, sous le joli nom de « Reve » pour Réseau express vélo. Même Paris s’y met, avec ses encore timides 45 kilomètres de grands axes cyclables sécurisés prévus pour 2020.

 

Et chez nous ? 

Chez nous, cela bouge surtout du côté de la Flandre, qui a lancé un vaste plan d’autoroutes vélos, avec notamment l’ouverture de 3 autoroutes pour vélos d’ici 2018. 600 kilomètres de voies plates, rectilignes et sans obstacles sont prévus, où on attend une vitesse moyenne de 30 km/heure, vélo électrique et relief particulièrement clément obligent. D’après le Gracq, association de défense des cyclistes, la Flandre aurait déjà réalisé près de 60 % de son réseau.

Bruxelles, quant à elle, a identifié 32 routes de réseau express régional vélo (RER vélo) et dessiné un projet de liaisons vélo rapides avec sa périphérie, mais seuls trois itinéraires ont été intégrés au plan des pistes cyclables adopté en 2015. La Petite ceinture, véritable artère névralgique de la capitale, sera bientôt « cyclistes et piétons friendly » avec l’aménagement, annoncé au printemps dernier, de voies cyclables sécurisées et de trottoirs élargis sur tout son parcours.

En Wallonie, par contre, si des initiatives locales existent pour assurer le maillage du réseau au sein des communes par exemple, pas de plan d’ensemble annoncé pour le développement de telles pistes express vélo. Le réseau Ravel, un réseau de pistes dédiées au tourisme, permet bien de remplir certains besoins d’itinéraires cyclables au quotidien mais il y manque, selon le Gracq, un véritable réseau structurant. Pas étonnant, sans doute, dans ces conditions qu’un Flamand sur huit se rende au travail à vélo contre une personne sur cent en Région wallonne…

 

Pédaler, c’est bon pour la santé

… et l’économie ! On le savait déjà : la pratique quotidienne d’un sport d’extérieur est bon pour notre santé et diminue notre stress. A ce titre, encourager les déplacements en vélo est également un enjeu de santé publique. Une récente étude de l'Institut flamand pour la recherche technologique (Vito) a chiffré l’impact de la création d’une voie express vélo à Anvers sur la santé et a montré que le coût de construction des autoroutes vélo est plus que compensé en termes de santé. Un investissement d’un euro dans une autoroute vélo rapporterait entre 2 et 14 euros de bénéfices santé ! 

 

Marre de la bagnole et envie de vous essayer au vélo pour vous rendre au boulot ? Composez le meilleur itinéraire pour vous y rendre grâce à la carte interactive.

Donnez votre avis

Restez au courant !

Recevez nos promotions, concours et conseils personnalisés

 
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter Une erreur est survenue, merci de réessayer