Aller au contenu principal

Le zéro déchet, chacun à son niveau

Bocal de déchet posé sur table

Mais concrètement, comment initier le changement chez soi ?

 

Refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter

La papesse du genre s’appelle Béa Johnson. Avec son mari et ses 2 enfants, cette Française installée aux Etats-Unis ne produit plus qu’un bocal d’un litre de déchets par an. Il a fallu des années à sa famille pour atteindre ce résultat. Petit à petit, des gestes sont possibles pour tendre vers le zéro déchet sans trop bouleverser ses habitudes. Toujours selon notre nouvelle amie Béa, il y a 5 étapes à respecter :

 

1. Refuser

Apprendre à dire non, simplement. Refuser le gratuit : le sac en plastique du maraîcher, la presse gratuite (obtenez un autocollant “stop pub” à apposer sur votre boîte aux lettres en Wallonie, en Flandre ou à Bruxelles), les couverts jetables, la petit biscuit emballé offert avec le café, le flyer distribué en rue, le ticket de caisse, le suremballage, bref, faites la chasse à tous ces petits déchets qui passent inaperçus mais qui sont omniprésents quand on y fait attention.

Pour se passer des sacs pour les fruits et légumes, préférez déjà le vrac plutôt que le pré-emballé, et équipez-vous en “sacs-à-vrac” en lin ou en coton. Ils sont en vente dans pas mal de magasins bio et sur de nombreux e-shops.

 

 2. Réduire

Réduire… sa consommation, tout simplement. 

Saviez-vous qu’on utilise en moyenne seulement 20% de sa garde-robe ? Les autres vêtements sont là pour de rares occasions pour lesquelles on pourrait facilement en emprunter à des amis ou en louer. Alors triez vos armoires, débarrassez-vous de ce qui n’est pas indispensable et nourrissez le marché de la seconde main, ce qui nous amène au point 3…

 

3. Réutiliser

Privilégiez le seconde main et le réutilisable. Les “DIY” (pour “Do It Yourself”) ont la cote sur le net, vous trouverez certainement un tutoriel en ligne pour remettre à votre goût un meuble chiné, récupéré dans la famille ou trouvé sur un site de seconde main comme 2ememain.be ou ebay.

Pour les vêtements ou les jouets des enfants, parcourez les vide-dressings et vide-greniers, de merveilleuses trouvailles vous y attendent, à moindre prix.

Lorsque vous faites vos courses en grande surface, si un aliment est disponible en boîte de conserve et en bocal en verre, prenez le bocal : vous pourrez le réutiliser comme boîte de conservation pour le riz ou les pâtes que vous aurez acheté en vrac !

 

4. Recycler

Dans la logique zéro déchet, on ne recycle pas plus, on recycle moins. Pourquoi ? Parce que ne sera recyclé que ce qui n’a pas pu être refusé, réduit ou réutilisé. Il faudra donc toujours préférer les déchets qui sont triables et qui ne vont pas dans le sac poubelle des ordures ménagères classiques. Plus généralement lors de vos acquisitions, évitez à tout prix le plastique et dirigez-vous vers le verre, le carton, le métal et le bois.

 

5. Composter

Les déchets organiques peuvent représenter jusqu’à 50% des déchets domestiques, on comprend donc l’importance de les composter, quand c’est possible. Si vous avez un jardin, ce sera évidemment plus facile. Beaucoup de communes permettent le ramassage de ces déchets dans des sacs ou conteneurs dédiés, renseignez-vous auprès de votre intercommunale de gestion de traitement des déchets.

 

Trouver la motivation et l’inspiration

Des passionnés partagent aussi leurs expériences (qui sont parfois des échecs !) en la matière sur des blogs, ils sont des sources d’inspiration au quotidien : La famille zero déchet, , So Fille et Zero Carabistouilles pour n’en citer que quelques-uns.

Alors, nous ne sommes pas toutes et tous des Bea Johnson mais, à notre échelle, nous pouvons apporter notre goutte d’eau (pas dans une bouteille en plastique, l’eau, si vous avez bien suivi. Ouf !) à l’océan du zéro déchet.

Où faire ses courses pour diminuer ses déchets ?

Je découvre le magasin le plus proche

Donnez votre avis

Restez au courant !

Recevez nos promotions, concours et conseils personnalisés

 
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter Une erreur est survenue, merci de réessayer