Aller au contenu principal

La Belgique peut-elle tourner uniquement à l'électricité verte ? Est-ce réaliste ?

Miniatuurvoorbeeld

Une Belgique 100 % verte d'ici 2050. Soyons honnêtes : cela paraît fort ambitieux. Surtout quand on sait que la part d'énergies renouvelables n'atteint aujourd'hui que difficilement les 13 %. Nous allons donc devoir faire de sérieux efforts. Selon une étude conjointe du Bureau fédéral du Plan, de l'institut flamand pour la recherche technologique (Vito) et de l'institut d'études wallon (ICEDD), l'objectif est néanmoins réalisable. Mais ce rêve écologique a un coût, et pas des moindres.

 

Coût estimé : 300 à 400 milliards d'euros

Passer à une électricité 100 % verte est plus facile à dire qu'à faire. Pour commencer, les infrastructures actuelles doivent faire peau neuve. Notre réseau électrique doit par exemple devenir beaucoup plus flexible : la production solaire et éolienne d'électricité dépend en effet uniquement de facteurs environnementaux, par définition des plus variables. Nous avons donc besoin de coûteuses installations de stockage de l'énergie.

Selon les auteurs de l'étude, il est possible de limiter ce coût élevé de stockage en installant des panneaux solaires et des éoliennes complémentaires. Cela permettrait non seulement de fournir davantage d'électricité lorsqu'il y a peu de vent ou de soleil, mais aussi d'offrir un gros surplus lorsqu'il y en a. Les entreprises devraient en outre adapter leur fonctionnement et réduire leurs coûts en produisant lorsque l'énergie est davantage disponible et donc la moins chère.

Mais ce n'est pas fini : nous devons adapter notre réseau électrique, certes, mais aussi nos bâtiments et même l'aménagement du territoire. Coût estimé : 300 à 400 milliards d'euros.

 

60 000 nouveaux emplois

Si l'addition semble impossible à avaler, les chercheurs soulignent les nombreux avantages d'une telle transition.

  • Un passage aux énergies renouvelables créerait entre 20 000 et 60 000 emplois.
  • Notre pays ne serait plus dépendant des importations de combustible fossile coûteux et épargnerait ainsi de l'argent.
  • Nous ne pouvons d'ailleurs que nous réjouir que notre économie soit moins sensible aux fluctuations du cours du pétrole, du gaz et du charbon. D'après les chercheurs, la transition n'aura aucun effet négatif sur le consommateur belge.
  • L'économie n'en souffrirait pas non plus. Mieux encore : si l'on fait le compte des effets positifs pour le climat, la transition énergétique pourrait même nous rapporter dix milliards d'euros par an à partir de 2040.

 

Depuis 2003 déjà, Lampiris promeut l'électricité verte.

Connaissez-vous nos producteurs belges?

Restez au courant !

Recevez nos promotions, concours et conseils personnalisés

 
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter Une erreur est survenue, merci de réessayer