Aller au contenu principal

Construire un logement QZEN ? Les Wallons aux normes pour 2021

Thumbnail

La Flandre en avance sur les normes 2021

Une enquête Axa de janvier 2019 a mis en lumière une différence entre le nord et le sud du pays. Il semblerait les que les propriétaires flamands soient plus sensibles à l'aspect énergétique de leurs logements. Pour en attester, les chiffres de 2017 démontraient déjà un joli taux – 60% - de nouvelles maison construites en Flandre avec un PEB satisfaisant aux normes QZEN (ou en l'occurrence BEN pour Bijna-energieneutraal). Pendant ce temps en Wallonie, ce standard n'aurait quasi jamais été utilisé bien que le sujet des maisons passives intéresse...

L'énergie en Wallonie : un PEB à suivre à la lettre

Nous vous expliquions dans cet article les critères précis à respecter pour la construction ou la rénovation selon la norme à atteindre pour 2021. Nous vous y décrivions également l'impact sur le certificat PEB. Pour l'instant pour une nouvelle construction, le label B suffit. Dès 2021, le label A sera de rigueur. Atteindre ce niveau de performance avant l'heure aura bien entendu de bonnes répercussions, tant en confort, en économie, qu'en préservation de l'environnement. La lutte contre le dérèglement climatique est également un investissement puisqu'en optant pour des rénovations plus performantes, vous vous offrez la possibilité de maintenir la valeur de votre logement à un niveau plus élevé.

Le pays à deux vitesses

Si les normes européennes ont été adoptées en Flandre en 2013, la Wallonie a attendu 2017 pour suivre le mouvement. Voilà qui pourrait expliquer le décalage dans les résultats de l'enquête réalisée par Axa. Toutefois, d'autres pistes peuvent expliquer le faible intérêt pour une maison labellisée QZEN au sud du pays. L'hypothèse la moins flatteuse porterait sur le manque de connaissance ou même d'intérêt sur les économies énergétiques dans la maison ou les techniques qui les permettent. L'autre hypothèse met quant à elle en avant une nette préférence wallonne pour le logement passif, qui repose sur un standard plus exigeant que le QZEN.

Au-delà du « quasi »

Ni basse énergie, ni « quasi zéro », le Wallon serait plutôt branché passif quand on lui parle de logement. Pour mériter cette appellation, la maison doit répondre à des conditions techniques strictes que nous avions recensées dans cet article. Plus exigeantes et coûteuses à la construction, ces maisons passives attirent les propriétaires pour d'excellentes raisons, qui ne font pas dans la dentelle en matière d'économie : on parle d'une consommation d'énergie réduite de 85 à 90% par rapport à une maison classique. Les retombées positives sur l'environnement sont par conséquent notables. Ce dernier point, compte-tenu des tendances politiques et de la prise de conscience collective sur les enjeux environnementaux, rend la maison passive encore plus judicieuse et pertinente.

Une maison quasi zéro énergie : une chronologie

La réglementation PEB visait déjà, depuis 2010, à assainir, rendre plus confortables et moins énergivores tous les bâtiments (à construire ou à rénover). D'ici 2020, l'Europe veut réduire de 20 % la consommation énergétique. Dès 2021, les bâtiments neufs devront être à consommation d'énergie quasi nulle. Pour ce faire, un guide pas à pas est déjà disponible sur le site q-zen.be.

Q-ZEN, le futur standard de construction européen

En savoir plus

Donnez votre avis

Restez au courant !

Recevez nos promotions, concours et conseils personnalisés

 
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter Une erreur est survenue, merci de réessayer